Comprendre ENFIN le burn-out

Comprendre ENFIN le burn-out

Tout comme le terme « bienveillance », le « burn-out » est aujourd’hui sur toutes les lèvres, employé à toutes « les sauces » (excuse-moi l’expression) pour tout et n’importe quoi. 
Et pourtant, il est très mal connu et très mal accompagné.
 
Ayant touché du doigt ce fameux burn-out, j’ai eu à coeur de me spécialiser, d’en savoir + sur le sujet. Pas seulement pour approfondir mes connaissances personnelles, mais surtout pour accompagner au mieux les personnes susceptibles de basculer en burn-out ou celles déjà passées de l’autre côté de la falaise. 
 

D’où vient le « burn-out » ?

Parfois il suffit juste de revenir aux origines pour que cela résonne en nous, que cela fasse sens.
Le terme « burn-out » vient du monde aéronautique, il est utilisé pour parler d’une fusée qui a brulé tout son combustible, qui est alors totalement vide. Rien que ça ! 
 
Si l’on revient à nous, être humain, le burn-out est un syndrome d’épuisement TOTAL : il est physique, psychologique ET émotionnel.

Quels sont les éléments déclencheurs du burn-out ?

En français, le « burn-out » est aussi appelé « épuisement professionnel », ce qui nous amène à croire qu’il est uniquement lié à notre travail.
En réalité, il est un trop plein de tout pendant trop longtemps (stress, pression, zéro moment de pause, vie à 1000 à l’heure).
Si nous faisons le parallèle avec le sens initial du terme, nous pouvons dire qu’à force d’avoir consommé son carburant sans refaire le plein, un jour le réservoir est vide, il est alors impossible d’avancer.

Concrètement, que se passe-t-il lorsque tu « bascules » en burn-out ?

Le burn-out se caractérise par un effondrement physique brutal et une incapacité à se relever seul.
Les personnes qui tombent en burn-out parlent également de sensations de « freeze » : d’un seul coup, elles se sentent inaptes à continuer l’activité qu’elles étaient en train de faire. De quoi être effrayé(e) ! En d’autres termes : d’un moment à l’autre, le corps disjoncte, il est comme « paralysé ».
 
Si cela se produit pendant le sommeil, il est fort à parier qu’à son réveil, la personne parviendra difficilement à se lever de son lit.

Il y a un avant et un après burn-out

Dès lors que la personne est entrée en burn-out, le repos est indispensable mais ne suffit pas.
Il faut compter minimum 6 à 12 mois pour s’en remettre à condition d’être bien accompagné(e).
Il est donc important de ne pas prendre à la légère ce syndrome. 

Le plus difficile pour les personnes en burn-out déclaré

Les personnes touchées par un burn-out sont bien souvent de nature très dynamique, et multi-tâches. Cette incapacité soudaine de fonctionner normalement peut être très douloureuse pour elles. Accepter ses vulnérabilités (physiques, émotionnelles, et mentales), et s’armer de patience est un vrai challenge.

3 conseils pour s’en relever :

1/ Être entouré(e) +++
Par ses proches et par des professionnels spécialisés dans ce domaine. Plus l’approche est holistique mieux c’est. Selon moi le trio minimal est le suivant : 
  • Sophrologie : se reconnecter à son corps et à ses sensations, s’apaiser, se remplir de moments de calme et de douceur, favoriser la confiance en soi et l’estime de soi… 
  • Naturopathie : soutien du système immunitaire, retrouver de l’énergie, meilleure compréhension de ses besoins vitaux.
  • Acuponcture ou soins énergétiques : aider le corps à mieux redémarrer, mieux fonctionner.
Moi qui d’habitude prône la qualité à la quantité, ici pour sortir d’un burn-out, je recommande de choisir des accompagnements de qualité mais aussi de ne pas lésiner sur le nombre de soutiens.
 
2/ Se reposer
Tu ressentiras probablement que tu n’as pas le choix, car de toute façon ton corps est épuisé, il est incapable de réaliser une quelconque activité. Alors laisse-le prendre le contrôle (pour une fois ;)), lâche prise, écoute son besoin de repos. Et évidemment essaye de chasser cette culpabilité de « ne rien faire » qui ne t’aidera en rien.
 
3/ Être indulgent avec soi-même
Oui, c’est dur d’être patient, surtout si l’on a cette habitude d’être un(e) battant(e) et de tout mener de front. Oui c’est dur de se voir diminuer. Mais je vais te dire une phrase bateau « c’est le chemin qui fait l’existence, pas l’aboutissement ». Oui, tu sortiras de cette période. Si les autres ont pu le faire, tu peux le faire, fais-toi confiance. 
 
Pour une fois dans ta vie, accorde-toi ce que tu n’as jamais l’habitude de t’accorder : 
Du soutien, du repos, du temps.
Voilà qui conclut notre « apprentissage » du jour ! 
J’espère désormais que cette introduction au burn-out t’aura éclairée (oui, oui il y aura d’autres articles à venir sur le sujet 🙂 )
 
D’ailleurs, si cet article t’a plu, et t’a ouvert les yeux sur d’éventuels besoins de soutien pour toi ou un de tes proches, sens-toi libre de prendre rendez-vous en ligne, ou de me recommander à la personne que tu aimerais aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *